Le samedi 5 août 1820, une discussion a lieu entre le général de Montholon et Sir Hudson Lowe au sujet de la façon dont le gouverneur remplie sa fonction de geôlier.

Dans le cours de la conversation, le comte Montholon dit au Gouverneur qu’il avait montré tant de courtoisie et d’attention dans tout ce qu’il avait fait depuis un certain temps, qu’il était sûr de le trouver également disposé à faire en cette occasion tout ce qui serait en son pouvoir pour contribuer à leur bien-être. Sir Hudson Lowe parle alors des obstacles que lui avait toujours opposés la conduite de « Bonaparte »,, mais le comte répondit qu’il n’en était plus ainsi ; Même Napoléon avait remarqué depuis quelque temps tant de bienveillance et des soins si prévenants, de la part du Gouverneur, qu’il voyait maintenant les choses sous un jour tout différent.
Le Gouverneur répliqua que rien n’était changé dans ses sentiments et dans les principes qui l’avaient toujours guidé; aucune modification sensible pour lui ne s’était pas non plus opérée dans sa conduite; cela dépendait entièrement de la manière de voir les choses.
Il s’était toujours efforcé de se mettre en dehors de la question dans tout ce qu’il avait fait.
Le comte Montholon répondit à son tour que le Gouverneur semblait pourtant montrer plus d’attention pour prévenir leurs désirs depuis quelque temps, que par le passé; mais sir Hudson répéta que les principes de sa conduite avaient toujours été les mêmes.